«

»

Déc 25

COP21: L’allocution Royale, un appel solennel à la communauté internationale pour passer des bonnes intentions aux actions concrètes (Climatologue)

Mohammed VI-COP21Montréal, 02-12-2015 (MAP) – L’allocution de Sa Majesté le Roi Mohammed VI devant la Conférence mondiale sur le climat (COP21), qui se tient à Paris, est un appel solennel à la communauté internationale pour qu’elle passe de la politique des bonnes intentions aux actions concrètes, a déclaré à la MAP, M. Abderrahman El Fouladi, docteur en climatologie.

L’allocution Royale se veut aussi une véritable “sonnette d’alarme” qui interpelle la communauté internationale à la nécessité de passer des conférences “+vœux-pieux+ à celles placées sous le signe de l’espoir et de +l’action+”, a souligné M. El Fouladi, estimant que la COP21 et la COP22, prévue à Marrakech en 2016, constituent les rendez-vous de la dernière chance pour la protection de la planète.

Rappelant que l’objectif principal de la COP21 est d’aboutir à un accord universel et contraignant en matière d’émission de Gaz à effet de serre (GES) pour maintenir la hausse des températures moyennes en deçà de 2 C par rapport à l’ère préindustrielle, il a soutenu que tout le monde s’accorde à affirmer que la Conférence de Paris est celle de l’espoir et de l’éveil des consciences pour protéger la Terre face à une catastrophe environnementale qui se profile déjà à l’horizon.

Cet expert marocain, spécialisé dans l’étude des impacts de la hausse du niveau moyen de la mer induite par les changements climatiques sur les installations côtières, a indiqué que Sa Majesté le Roi a plaidé en faveur de réponses plus équitables face aux changements climatiques, qui sont devenus une véritable menace planétaire qui n’épargne aucun pays, notamment les pauvres.

“Comme l’a affirmé le Souverain: Il faudrait faire en sorte que le développement durable ne soit pas entaché d’une +pauvreté durable+ chez une majorité d’êtres humains, que la protection du climat ne soit pas un diktat imposé par les pays responsables du réchauffement climatique et que la raison de l’état des uns ne l’emporte pas sur la raison de la planète de tous”, a-t-il expliqué.

Pour M. El Fouladi, auteur de plusieurs ouvrages sur l’adaptation aux changements climatiques dans certains pays des Caraïbes, il est nécessaire de repenser l’équité en matière de lutte contre les dérèglements climatiques en tant que prérogative de tout un chacun, car la pollution de l’atmosphère, et encore moins les émissions de GES, ne connaissent pas, selon lui, de frontières.

A ce propos, il a relevé que la société civile a son mot à dire pour changer la vision des pays les plus développés qui doivent assumer leur responsabilité historique et mettre un terme à cette indifférence et insouciance, car, a-t-il précisé, quel que soit le développement économique d’un pays, ce sont les plus démunis et les plus vulnérables qui auront à payer la facture.

Evoquant le continent africain, il a fait observer que le transfert des technologies vertes et la mobilisation des financements pourraient aider les pays africains à exploiter leurs ressources naturelles d’une manière propre et à mettre à contribution les énergies renouvelables abondantes (éolien et solaire notamment) dans cette partie du monde pour la réalisation du développement durable et intégré escompté.

Le climatologue marocain a également mis en exergue l’importance de la COP22 prévue l’année prochaine à Marrakech, qui devrait mettre l’emphase sur l’adaptation et l’augmentation de la résilience humaine face aux aléas des changements climatiques, sans toutefois perdre de vue la réduction des GES.

De l’avis de M. El Fouladi, un autre élément à savoir la migration sous l’effet des changements climatiques pourrait être au coeur des débats de cette conférence, ce qui rejoindrait les préoccupations du président français François Hollande quand il a évoqué la nécessité de la fédération des énergies de tous pour agir en faveur de la “justice climatique”, car le réchauffement de la planète provoque des migrations qui engendrent plus de réfugiés que n’en génèrent les guerres.

Il a fait remarquer, à cet égard, que le fait que le Maroc soit l’hôte de la COP22 va au-delà de la symbolique car durant les décennies à venir, le Royaume, dernier rempart entre les migrations climatiques de l’Afrique subsaharienne et l’Europe, pourrait faire face à ce nouveau phénomène migratoire.

La COP22 de Marrakech aura du pain sur la planche pour identifier et déterminer les stratégies et mobiliser les moyens nécessaires pour faire face aux éventuels mouvements de masses des populations sous l’impact des changements climatiques, a-t-il conclu.

Propos recueillis par : Hassan EL AMRI (MAP)