«

»

Jan 12

Fabius: 2016 verra l’application de l’accord de Paris en attendant (la COP22 de) Marrakech

Après une année 2015 dédiée aux négociations et aux décisions, l’année 2016 doit être celle de l’action et de l’application de l’Accord de Paris sur le climat, a souligné le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, dans une interview publiée par le quotidien « Le Monde » daté du 5 janvier 2016.

La diplomatie française « restera très mobilisée » sur ce sujet en 2016, a affirmé M. Fabius, notant que la présidence française de la Conférence mondiale sur le climat (COP) « s’étend jusqu’à la COP22, en novembre 2016 à Marrakech, où nous passerons le relais à nos amis marocains ».

Il a également relevé la nécessité de transformer en actions concrètes, dès 2016, les principes posés à Paris, notamment en définissant les modalités précises de la revue tous les cinq ans des engagements nationaux et de la mobilisation des pays développés en faveur des pays en développement, à travers des aides devant dépasser les 100 milliards de dollars annuels après 2020.

Un jalon important sera posé en avril prochain à New York, avec l’ouverture de « l’accord à la signature » pour la ratification de l’Accord de Paris, a indiqué le chef de la diplomatie française, expliquant qu’il s’agit d’une échéance capitale, car ce texte ne s’appliquera qu’à partir du moment où l’auront ratifié 55 des 195 Etats de la COP, représentant 55 pc des émissions mondiales de gaz à effet de serre.

Le mois de mai sera, lui aussi, important, avec la réunion à Bonn du groupe chargé du suivi de l’accord de Paris, a poursuivi M. Fabius, soulignant qu’il s’agit de la première grande réunion plénière de la COP depuis décembre 2015, avec pour objectif de préparer les décisions de la COP22 au Maroc concernant la mise en œuvre de l’Accord de Paris et toutes les actions pré-2020.

Par ailleurs, M. Fabius a affirmé que l’accord de Paris est l’accord international le plus important de ce début du XXIe siècle, du fait qu’il constitue « le premier pacte diplomatique au monde et pour le monde » encourageant, de façon irréversible, le passage de l’économie carbonée (charbon, pétrole, gaz) vers une nouvelle économie à bas carbone et vers les énergies renouvelables.

Source : MAP