«

»

Mar 14

Les déterminants de la migration climatique – Dynamique et perspectives d’atténuation

Auteurs : Pr LAARIBYA Said (1) et BENCHAD Abdelmoughit (2)

Résumé : Les changements climatiques sont devenus de plus en plus un sujet d’inquiétude pour l’humanité toute entière. La pression exercée sur la plupart des espaces de vie engendre des dysfonctionnements inhérents aux mécanismes environnementaux et sociologiques et se matérialise par une dégradation perceptible à plusieurs échelles, dont en particulier, des déplacements des communautés vulnérables.

Ces dysfonctionnements, dus, notamment, à la pression anthropique (croissance démographique, urbanisation poussée, déforestation, surexploitation et salinisation des terres agricoles…), au phénomène de désertification et aux catastrophes naturelles, ont été amplifiés par des changements climatiques austères durant les dernières décennies. Parmi les conséquences lourdes de ces phénomènes extrêmes, il y a lieu de souligner l’avènement de la migration climatique qui ne cesse de se développer dans le monde.

A ce titre, la série des catastrophes, survenant depuis les années 2000, provoquant des mouvements populationnels sans précédent affirme la relation de cause à effet entre changements climatiques et migrations.

Dans ce contexte, l’évolution spatio-temporel du rapport population/ressources a rendu possible un débat public à ce sujet suite à l’apparition d’une nouvelle catégorie de migrants qualifiée de « migrants climatiques », qui sont ceux qui pour des raisons impérieuses liées à un changement climatique influant négativement sur leur vie ou leurs conditions de vie, sont contraints de quitter leur lieu de résidence habituel ou le quittent de leur propre initiative, temporairement ou définitivement, et qui, de ce fait, se déplacent à l’intérieur de leur pays ou en sortent. En 2050, ils seront entre cent cinquante millions et un milliard, selon les études les plus atrabilaires.

Les migrants climatiques sont ainsi perçus comme les premières victimes du changement climatique global qui ne cesse, par ses effets directs et indirects, de bouleverser les mécanismes traditionnels d’adaptation des populations locales et des pouvoirs publics. Individus et nations entières sont, à cet égard, menacés par ce changement qui soulève de nombreux défis pour la communauté internationale, en l’occurrence, le développement de mécanismes appropriés pour une gestion durable des ressources, la contribution au maintien et à la stabilité des populations locales et la mise en place de mesures d’atténuation.

L’objectif de notre communication est de faire un diagnostic approfondi de la relation entre changement climatique, dégradation de l’environnement et migration, de mettre en relief les déterminants de la migration climatique et d’apporter une pierre à l’édifice en proposant une typologie des migrations climatiques et ce, à travers des indicateurs mesurables à partir d’exemples régionaux.

Et pour donner corps à une nouvelle dynamique d’atténuation de cette migration climatique, nous présentons des recommandations aux gouvernements pour un accord de la COP 22 plus contraignant en vue d’une action internationale qui peut initier les parties à faire l’essentiel et dans l’urgence sur le chapitre du traitement de la question des migrants climatiques.

Mots clefs : migration climatique ; environnement ; gestion durable ; dynamique d’atténuation ; COP 22.

 Bibliographie :

  1. Patrick Gonin et Véronique Lassailly-Jacob (2002), les réfugiés de l’environnement, Une nouvelle catégorie de migrants forcés? revue européenne des migrations internationalesvol. 18-n°2.
  2. Migrants malgré eux Une proposition de typologie Véronique Lassailly-Jacob – Déplacés et réfugiés -La mobilité sous contrainte –
  3. Jean GADREY (2015) , après la COP 21: dans quelles directions poursuivre les mobilisations? revue Alternatives Economiques.
  4. http://www.climatecrises.fr/lettre-ouverte : lettre ouverte des ONG et associations humanitaires, à la veille de la COP 21, relative aux dérèglement climatique et crises humanitaires: il est temps d’agir.
  5. Alice BAILLAT ( Année universitaire 2009-2010), les migrations environnementales : logiques d’investissement des acteurs et obstacles relatifs à la construction d’un nouveau problème public. thèse Master recherche Relations Internationales, sous la direction de Johanna Siméant.
  6. EL-HINNAWI, E., environmentalrefugees, Nairobi, PNUE, 1985, p41.
  7. Christel Cournil, les migrations et déplacements climatiques : quelle gouvernance, quels droits ? Contribution écrite de la communication orale à l’AFSP, 31 août 2011.
  8. Convention-cadre sur les changements climatiques, 12 décembre 2015. Nations Unies – Conférence des Parties, Vingt et unième session Paris, 30 novembre-11 décembre 2015.
  9. Julien Bétaille (2009), les déplacements, environnementaux : un défi pour le droit international. Encyclopédie du développement durable n°90 – mai 2009.
  10. François Gemenne (2007). Migrations et Environnement : État des savoirs sur une relation méconnue. Actes de la journée d’étude du 14 décembre 2007, groupe d’information et de soutien des immigrés sous le thème : Quel statut pour les réfugiésenvironnementaux ?
  11. Christel Cournil(2007). Quelle protection juridique pour les réfugiés écologiques ? Actes de la journée d’étude du 14 décembre 2007, groupe d’information et de soutien des immigrés sous le thème : Quel statut pour les réfugiésenvironnementaux ?
  12. François Gemenne, Julia Blocher, Florence de Longueville, Nathalie Perrin, Sara Vigil, Caroline Zickgraf, Dalila Gharbaoui& Pierre Ozer (Octobre 2014). Note de cadrage : Catastrophes, Changement Climatique et Déplacements forcés Dynamiques régionales de mobilité en Afrique de l’Ouest.
  13. Organisation des Nations Unies pour l’Agriculture et l’Alimentation (FAO, 2015). L’action de la FAO face au changement climatique. Conférence des Nations Unies sur le changement climatique 2015. www.fao.org/climate-change/fr.
  14. Organisation Internationale pour les Migrations (2008). Migrations et changements climatiques n°31.
  15. Raoul Kaenzig (18 juin 2015). Migrations et changements climatiques : Etude de cas dans les Andes boliviennes.
  16. Lassailly-Jacob Véronique. Une nouvelle catégorie de réfugiés en débat. In: Revue Européenne de Droit de l’Environnement, n°4, 2006. pp. 374-380.

BIOGRAPHIE DES AUTEURS :

(1) Dr Said LAARIBYA

Laaribiya SaidEnseignant/chercheur spécialiste en Géo-environnement et socio économie – Université Ibn Zohr Agadir – Maroc

Ingénieur d’Etat en aménagement des territoires, Docteur en sciences de l’environnement, titulaire également d’une licence et d’un master en sciences économiques. Auteur de plusieurs publications nationales et internationales. Il est également ancien responsable Suivi-Evaluation des projets au Haut-Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification à Rabat, expert consultant en développement durable et en évaluation d’impact.

(2) Abdelmoughit BENCHAD

Ingénieur en Chef en Ecologie et Gestion des Ressources Naturelles/Economie Forestière/ Evaluation à postériori en matière de conservation des Eaux et des Sols et des Bassins Versants – Ministère de l’Economie et des Finances, Rabat-Maroc. Titulaire d’une licence en sciences économiques.